Nos actualités

Les techniques qui font crac ?

Le crac que l’on entend dans certaines techniques est un phénomène physique naturel. Il correspond à un phénomène dit de « cavitation » dans lequel l’augmentation de pression fait éclater des petites bulles dans le liquide synovial (liquide à l’intérieur de l’articulation).

Les techniques qui font « crac » font partie de la diversité des techniques ostéopathiques existantes et ne constituent qu’un moyen de libérer une zone qui ne bougeait plus. Elles ne sont pas obligatoires lors d’un traitement.

Les mutuelles ?

De plus en plus de mutuelles remboursent les séances d’ostéopathie selon différents modes et selon la formule à laquelle vous aurez souscrit auprès de votre mutuelle.

Renseignez vous auprès de votre mutuelle car le remboursement varie en fonction du contrat souscrit.

http://www.osteopathe-syndicat.fr/patient-visiteur-osteopathe/mutuelles-osteopathie.html

Différence ostéopathe/kinésithérapeute

L’ostéopathe libère des zones de blocage afin que le corps se rééquilibre et que la douleur diminue ou disparaisse.

Le kinésithérapeute est un rééducateur. Son but est de faire diminuer la douleur et l’inflammation de la zone incriminée puis de la remuscler, la retonifier et la rééduquer (la faire fonctionner dans le bon sens).

Par exemple lors d’une entorse de cheville, l’ostéopathe va libérer les blocages qui se sont installés lors du traumatisme pour permettre à l’articulation de mieux fonctionner et à l’inflammation de diminuer. Puis le kinésithérapeute continue de faire céder l’inflammation en utilisant ses techniques et rééduque la cheville afin qu’elle retravaille et se remuscle dans le bon sens.

Ou pour un lumbago, kinésithérapeute et ostéopathe peuvent intervenir de manière concertée et alternée : l’ostéopathe peut intervenir en période aigue pour faire diminuer la douleur puis le kinésithérapeute pour continuer à faire diminuer la douleur et remuscler la sangle abdominale et les muscles du dos ; si la rééducation stagne, l’ostéopathe peut ré-intervenir pour finir de libérer le dos.